Carnet de route

Aiguille du Peigne : Arête des Papillons

Le 15/08/2020 par Lesage Jean-Christophe

L’objectif du jour se positionne à la 52ème place des « 100 plus belles courses » de Rébuffat. J’ai nommé l’arête des Papillons à l’Aiguille du Peigne (cotation D 6a>4c).

Initialement prévu dimanche 16 Août, une météo incertaine nous oblige à revoir notre plan initial. Nous partirons le samedi de bonne heure et bonne humeur, et pour une fois le bivouac se fera après la course.

Après les incertitudes de la veille (un éboulement dans le couloir des papillons signalé en début de semaine, mais l’OHM n’est pas alarmiste, l’éboulement doit être mineur et ne semble pas modifier l’itinéraire de descente), nous voilà donc au rendez-vous à Thonon le samedi matin à 4h00.

La fine équipe est composée de Jean-François, Delphine, Thierry, Greg, Guillaume et Jean-Christophe. A cette heure-là, les yeux ont du mal à rester ouverts et personne n’est très bavard. Nous voilà donc partis en direction de Cham.

Arrivés pour la première benne (malheureusement réservée aux guides), on se contentera de la seconde.

Le topo annonce une magnifique classique, très fréquentée, des Aiguilles de Chamonix. On se presse donc pour sauter de la benne, déposer les affaires de bivouac sur les bosses à 2400 m et partir à l’assaut de la voie. Mais là, bonne surprise, il n’y aura pas de sur-fréquentation sur l’itinéraire. Une cordée nous précède et une seconde (Club Alpin Italien) nous talonnera jusqu’à la 3ème Tour.

Après une courte approche sans réelle difficulté, si ce n’est la rosée du matin qui rend le rocher glissant (mais comme on dit: rosée du matin n’arrête pas le « Pèlerin », ah non, nous c’est le « Peigne »…), nous voilà au pied de la première difficulté. Une fissure-dièdre cotée 5a qui réveille bien. L’occasion de réviser la technique de verrouillage genou/pied.

Je crois que pour être efficace aujourd’hui, il va falloir mettre les chaussons. La cotation chamoniarde tient toutes ses promesses. De la belle escalade à l'ancienne dans un itinéraire varié.

Nous enchaînons les difficultés sur un rocher excellent parfois aérien, mais avec des relais conforts, et une escalade variée. Jean-François en tête, ouvre l’itinéraire. Quelques pitons bien placés ça et là, et puis, quelle surprise, un gond de volet pour le passage en A0. Ça aide quand même bien pour passer cette dalle compacte et sortir au sommet de la première tour.

Nous avalons la seconde tour, dans laquelle il y a de nombreuses variantes plus ou moins difficiles qui permettent d’arriver à la brèche située au pied du crux de la course. Un passage en 6a qui en a fait suer plus d’un.

Pris dans son élan, notre « chef d’expé » en oublie de vérifier le topo, qui mentionne « Poursuivre versant N de l’arête par des rampes, ne pas poursuivre tout droit dans la cheminée/dièdre ». La variante proposée par Jean-François à l’air d’être très costaud. Je joue les petits bras et passe mon tour. Pour nous, ce sera l’itinéraire classique. Après tout, je veux passer par la fameuse « boite aux lettres » et faire découvrir les plaisirs de la renfougne à Guillaume. Une bonne suée et nous voilà tous réunis sur la terrasse de la 3ème tour.

Une pause ravitaillement et ça repart. Plus qu’une difficulté, une dalle rayée par une fine fissure (5a). En regardant les Italiens, qui viennent de nous dépasser, ça semble tellement simple. Une fois dedans, Greg nous rassure en nous disant que c’est dans la tête que ça se passe. OK, mais dans les pieds aussi, parce que dans ce passage pas de prises pour les mains.

Une courte désescalade pas si facile (surtout quand on coince la corde…) et nous voilà à la brèche. Fin de l’arête des Papillons.

La brume commence à envelopper les sommets, l’heure est avancée, la décision de redescendre par la voie normale est vite prise. Une dernière glissade sur le névé du pied de voie et nous voilà de retour pour le bivouac.

Timing parfait, une bonne petite soupe, et nous sommes prêts pour admirer le coucher de soleil sur les Aiguilles Rouges.

Une magnifique journée en montagne qui se clôture par une nuit à la belle étoile bercée par le doux ronronnement des montagnes avoisinantes.

Merci à Jean-François de nous avoir fait découvrir les Aiguilles de Chamonix. Ce cadre somptueux laisse présager de futures collectives.

CLUB ALPIN FRANCAIS LEMAN
2 RUE DES ITALIENS
74200  THONON-LES-BAINS
Contactez-nous
Tél. 04 50 71 81 84
Agenda